Comment satisfaire les besoins des populations dans les domaines de l’alimentation et de la santé à l’horizon de dix millions de personnes en Suisse et dix milliards sur Terre ?

« Au vu de la croissance démographique, assurer des soins de santé et une alimentation durables représente un enjeu complexe et nécessite des solutions complètes à plusieurs niveaux », a déclaré Benoît Dubuis, président de l’Académie suisse des sciences techniques SATW, à l’ouverture du Congrès annuel SATW 2024.

Ces deux sujets ont été abordés par plusieurs orateur·trice·s de premier plan dans le cadre de l’événement organisé chez Nestlé Research à proximité de Lausanne, qui a rassemblé 180 personnes. Le programme a été complété par une allocution de bienvenue du Conseiller fédéral Guy Parmelin ainsi que par la cérémonie pour les nouveaux membres de la SATW.

La SATW ayant fait de la sécurité d’approvisionnement son thème annuel, le congrès s’est concentré sur le lien entre santé et alimentation. Il a mis en lumière de nouvelles tendances en matière d’alimentation ainsi que les interactions et avantages pour la médecine. L’importance des innovations technologiques pour surmonter les goulets d’étranglement a notamment été soulignée.

 Le congrès a débuté par des allocutions du Conseiller fédéral Guy Parmelin (chef du Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche) ainsi que de Mark Schneider (CEO de Nestlé). « Dans les années 1860, lors de la fondation de Nestlé, nous avons aidé à lutter contre le grand défi de la mortalité infantile. Aujourd’hui, le défi est encore plus grand : il s’agit de nourrir bientôt 10 milliards d’êtres humains de manière saine et durable, avec une population de plus en plus âgée, non seulement en Suisse mais globalement», a souligné Mark Schneider. Le but de Nestlé est, selon Schneider, de contribuer à un vieillissement en bonne santé, avec des produits qui tiennent compte de l'évolution des besoins nutritionnels et qui respectent les limites de notre planète. Le Conseiller fédéral Guy Parmelin a souligné le rôle clé joué par la SATW au sein du réseau des académies suisses a+ en vue de transformer les percées scientifiques en avantages tangibles pour la société suisse.

Les aliments fonctionnels : une passerelle entre alimentation et médecine

Pendant la première partie du congrès, les orateur·trice·s ont analysé l’importance des aliments fonctionnels dans le contexte de la santé. Peuvent-ils constituer une alternative préventive à l’emploi de médicaments ou les compléter ? Stefan Palzer (CTO de Nestlé), Marcel Salathé (co-directeur du Centre IA de l’EPFL) ont apporté leurs points de vue éclairés. Ils étaient accompagnés de Jan Wörner (président d’acatech, l’Académie allemande des technologies).
Le concept « Vous êtes ce que vous mangez » a été illustré par le fait que la voie orale, outre sa fonction respiratoire, constitue le principal chemin vers l’intérieur du corps humain et qu’en moyenne, un être humain ingère pas moins de 65 tonnes de nourriture et de boissons au cours de sa vie. Sur ce point, Stefan Palzer a souligné le rôle de l’alimentation dans la santé ainsi que la maladie : « Il existe un grand potentiel pour atteindre les objectifs nationaux et mondial en matière de santé et pour résoudre des problèmes de santé spécifiques grâce à un régime alimentaire approprié – y compris des aliments fonctionnels – pour les individus », a-t-il déclaré. De tels aliments fonctionnels pourraient aider à combler le fossé entre les médicaments et l’ alimentation traditionnelle.

Prévention des maladies grâce au coaching alimentaire basé sur l’IA

Ces interventions ont été suivies d’une table ronde autour de laquelle se trouvaient Laurence Genton (responsable de l’unité de Nutrition clinique aux Hôpitaux Universitaires de Genève), Stefan Palzer (CTO de Nestlé), Marcel Salathé (co-directeur du Centre IA de l’EPFL) Erich Windhab (professeur émérite ETH Zurich, membre individuel de la SATW). Le panel a mis l’accent sur les agents d’IA envisageables pour encourager des choix alimentaires sains tout en tenant compte des différences culturelles et en réduisant les déchets alimentaires entre le champ, l’usine et l’assiette. Le double fardeau de la sous-alimentation et de la suralimentation d'une grande partie de la population mondiale montre que les initiatives en matière de nutrition et de santé, menées par l'ONU, doivent améliorer notre santé à tous et celle de la planète Terre.

Marcel Salathé a souligné un autre aspect de l’alimentation en tant que complément aux médicaments. Il a expliqué que les données épidémiologiques basées sur l’IA montreront ce que les personnes, à l’échelle mondiale, estiment être une nourriture saine ainsi que l’impact de cette nourriture sur leur santé. À l’avenir, l’IA pourrait permettre de définir des modèles viables de prévention des maladies. Un suivi des régimes à l’échelle planétaire au moyen de coachs de vie basés sur l’IA, p. ex. via des applications mobiles qui proposent des repas et enregistrent les habitudes alimentaires, pourraient grandement améliorer la santé publique tout en abaissant les coûts liés aux soins de santé. Une conception bien pensée, une sécurité des données garantie et une bonne crédibilité seront indispensables si l’on veut que ces outils électroniques soient acceptés pour personnaliser l’alimentation et enregistrer des données de santé.

Sécurité d’approvisionnement en médicaments : souveraineté, accessibilité, durabilité

Dans le cadre du deuxième thème principal du congrès annuel, le panel s’est penché sur les stratégies déployées en Suisse et à l’échelle mondiale pour garantir la disponibilité des denrées alimentaires et des médicaments. Il a passé en revue les leviers d’action envisageables pour améliorer la souveraineté de la production et apporter une réponse rapide en cas de nouvelle crise sanitaire.
Patrick Aebischer (président émérite de l’EPFL et vice-président GESDA), Catharina Boehme (sous-directrice générale, relations extérieures et gouvernance à l’OMS) et Jean-Marc Chappuis (sous-directeur de l’Office fédéral de l’agriculture) étaient accompagnés de Christina Senn-Jakobsen (CEO de Swiss Food & Nutrition Valley) et Ian Roberts (CTO de Bühler Group) pour aborder la question de l’état de préparation de la Suisse si des vaccins devaient être produits pour contrer une nouvelle pandémie.
Catherina Boehme a souligné l’importance de partenariats publics/privés dans les différentes initiatives visant à résoudre les problèmes qui se posent. Le second panel a souligné la nécessité de mettre davantage l’accent sur l’alimentation en tant que moyen de prévention. Les domaines alimentaire et pharmaceutique peuvent sembler très différents, mais les bénéfices de l’un contribuent de plus en plus à renforcer l’autre.

La SATW accueille 14 nouveaux membres

La cérémonie officielle d’accueil des nouveaux membres a clôturé le congrès annuel SATW sur une note festive. Pour 2024, la SATW a élu 14 nouveaux membres individuels au sein de son réseau, ce qui porte désormais son effectif à 375 membres individuels et 9 membres d’honneur. Tout·e·s peuvent se prévaloir d’un parcours remarquable dans le domaine des sciences techniques, à l’instar de la nouvelle présidente de l’EPFL, Anna Fontcuberta i Morral. La réception organisée dans la foulée autour du buffet magistralement concocté par les chef·fe·s R&D de Nestlé a stimulé les échanges.

Impressions