12. novembre 2017

Première conférence nationale sur la fabrication additive

SATW - Advanced Manufacturing

La première conférence nationale consacrée à la fabrication additive a eu lieu le 31 octobre 2017 au Parc des expositions de Lucerne. La question principale concernait le positionnement de la Suisse à ce sujet dans l’industrie, la formation, la recherche et la politique.

Plus de 130 personnes ont répondu à l’invitation d’AMNetwork, de la SATW, de Swiss Engineering et Swissmem à la première conférence nationale sur la fabrication additive. Patrick Roth, CEO Precision Cluster, a accueilli les participants. À l’aide d’exemples actuels, tels que le vélo électrique entièrement fabriqué à l’aide d’un procédé d’impression 3D par VW ou le premier logement imprimé en 3D, il leur a démontré à quel point l’évolution est fulgurante. La Suisse se doit désormais de fournir des efforts pour évoluer au même rythme, ce qui requiert une considération systématique, explique Patrick Roth.

L’industrie suisse en «chef de file»

Hans Hess, président de Swissmem, a présenté un aperçu systématique à l’aide de données et d’études économiques. Il a pointé la capacité d’innovation et les autres avantages de la place économique suisse. Mais il a également mentionné les défis auxquels la politique, l’administration, l’économie et la formation doivent faire face. Son bilan: l’industrie suisse se positionne comme un «chef de file» en Europe, comme l’a confirmé une étude de Roland Berger. La fabrication additive lui offre la possibilité de créer de nouveaux modèles de gestion et de renforcer sa compétitivité. La complexité, ainsi que la formation initiale et le perfectionnement, sont toutefois deux défis que nous devons relever grâce à une coopération nationale et internationale renforcée afin de demeurer compétitifs. 

Interaction des concepts

L’innovation était aussi le mot-clé de l’allocution d’Elmar Mock, fondateur de Creaholic. La fabrication additive est dans une phase de transition entre l’adolescence, où l’on est en phase d’expérimentation, et l’âge adulte où l’on sait ce que l’on veut faire. En règle générale, la voie de l’innovation n’est pas rectiligne mais s’apparente plutôt à un labyrinthe ou à un tracé sinueux. Cette voie implique parfois de sauter dans le vide. L’interaction de deux principes est déterminante. Le premier repose sur l’expérience, le second sur l’instinct. Le système de formation étant axé sur l’expérience, l’instinct doit être encouragé. Conformément à ces constatations, les participants ont été répartis sur trois ateliers.

Résultats des ateliers: par où commencer?

L’atelier du Dr Matthias Baldiger, Co-founder Additively, a expliqué de quelle manière se lancer dans la fabrication additive. Il serait illusoire de croire qu’il suffit d’installer une machine et d’en sortir un produit. Il s’agit plutôt de définir un processus. La première étape consiste à identifier les pièces qui peuvent être fabriquées à l’aide de ce procédé. Outre la faisabilité, la deuxième étape consiste ensuite à collecter des données afin de déterminer si la production serait plus rentable qu’avec les procédés de fabrication traditionnels. La décision de fabriquer ou non des pièces de manière additive est motivée par l’analyse des coûts. Enfin, la dernière étape vise à garantir le traitement ultérieur et la gestion de la qualité.

Tendances de la fabrication additive

Les développements actuels de la recherche concernant les machines, les matériaux et les produits ont été présentés et discutés dans le cadre de cet atelier. Le modérateur était Lars Sommerhäuser, responsable du groupe spécialisé Fabrication additive du groupement de recherche Advanced Manufacturing de la SATW et directeur du Coating Competence Center de l’EMPA. Cet atelier a été réparti en trois blocs selon les classes de matériaux suivantes: plastiques, métaux et céramiques. Le Dr Manfred Schmid, Inspire, a présenté un aperçu des fournisseurs et des machines pour la fabrication additive des pièces en plastique. Cette partie la plus ancienne de la fabrication additive est de loin la plus avancée et se rapproche de la fabrication en série. Elle ne cesse pourtant de se développer. Le professeur Patrik Hoffmann de l’Empa a ensuite présenté les défis actuels de la fabrication additive avec les métaux. Même si certaines questions restent encore suspens, il existe déjà des produits sur mesure sur le marché. Dans la troisième partie, le professeur Thomas Graule de l’Empa et le professeur Jürgen Brugger de l’EPFL ont présenté des projets de recherche actuels sur la céramique imprimée en 3D. La majeure partie des technologies utilisées en sont encore à leurs balbutiements mais les efforts intenses consentis dans la recherche promettent des progrès rapides.

Formation et formation continue en Suisse

L’atelier du Dr Felix Reinert, SIP BB / AMNetwork est consacré à la formation et la formation continue en Suisse. Le fait que 63% de la population suivent un cours de perfectionnement démontre qu’il existe un besoin de formation continue. L’offre dans le domaine de la fabrication additive est vaste, variée et confuse. Quelles sont donc les exigences de ces cours de perfectionnement et de formation? Il est important d’avoir des modules adaptés aux niveaux et aux fonctions qui répondent aux motivations des personnes. Par exemple, le «Design und Technology Lab Zurich», créé par l’ETH (pd|z) et par la ZHdK (Industrial Design), suit une démarche intéressante. Si l’on s’en réfère au rapport Wohlers de 2017, qui se fonde sur un volume global en forte croissance du marché de la fabrication additive, de telles collaborations sont pertinentes et offrent de quoi contenter chacun.

Prise de position d’Economiesuisse

Le professeur Rudolf Minsch, chef économiste d’Economiesuisse, a débuté son exposé par la question de savoir si la société doit craindre ou non la quatrième révolution industrielle. Depuis l’invention de la machine à vapeur, les innovations et les restructurations ont créé plus d’emplois qu’elles n’en ont supprimés. Pourquoi devrait-il en être autrement cette fois? À l’heure actuelle, les tâches routinières moyennement qualifiées sont mises sous pression au sein de l’UE. Les compétences MINT gagnent en importance pour l’avenir, mais les soft skills, la mobilité professionnelle et la volonté de se former tout au long de la vie restent tout aussi importantes. La Suisse est prête pour l’avenir, comme l’a démontré le choc du franc. Les entreprises l’ont surmonté, en grande partie grâce à l’ADN suisse. Celui-ci se caractérise par une responsabilité individuelle avec un sens de l’intérêt public et de la focalisation sur les performances. Rudolf Minsch perçoit toutefois la prospérité comme un danger: plus nous sommes riches, plus nous avons peur de perdre quelque chose. Le désir de conserver la tradition, la stabilité et la sécurité peut amener à vouloir maintenir le statu quo et décourager l’innovation. Les conditions sont favorables pour l’avenir. Il s’agit désormais d’améliorer les conditions pour l’économie et de continuer à investir dans la recherche et la formation.

Présentations de la première conférence nationale sur la fabrication additive

Renseignements: Manuel Kugler, Responsable Plateforme thématique Additive Manufacturing, Tel. +41 44 226 50 21, manuel.kugler(at)satw.ch

New comment

0 comments